Naître mère

Naître mère

Un jour, d’aussi loin que je me rappelle, j’ai eut envie d’être mère. Je ne me souviens plus quand exactement mais j’en ai un souvenir lointain. J’avais mes idéaux, mes conceptions, mes préjugés nombreux aussi je pense.

Et puis un autre jour, il y a eut toi. Une évidence. Un coup dans le nez et un coup de projecteur.

Et puis, plus tard encore, toi mon garçon, celui qui m’a littéralement fait naître mère. D’abord lové dans mon ventre, puis, dans mes bras. Chaud, doux, délicat et puissant. Avec ta naissance c’est un tsunami qui m’a submergé. D’abord d’amour, évident, puissant et transcendant. Et puis la suite.

Des images, des flashs backs, des scènes de violences et d’innocences. Des peurs, profondes, insidieuses et terrifiantes. Des angoisses comme jamais, celles qui te donnent la sensation physique d’être sur le point de mourir, réellement. Et puis un jour, la scène de trop sur un trop jeune enfant et je dissocie, je me fragmente. La tétanie. Je n’ai rien su dire ni faire. J’ai perdue le fil de ma conversation et j’ai fuie. J’ai fuie.

Je n’ai pas fermé l’œil quasi durant 2 nuits. Partagée entre trop de peurs et de hontes qui n’étaient pas que les miennes. Puis j’ai lâchée le morceau. J’ai tout fait pour protéger cet enfant, ce que j’aurais tant aimé que l’on fasse pour moi dans le passé. C’est cet événement qui a fait déclic. Qui a fait sauté le disjoncteur général de mon psychisme et qui m’a permis de me sauver.

Il y a bientôt 4 ans je naissais mère. Il y a bientôt 4 ans j’ai démarré une dépression post-partum. Je n’en ai jamais parlé à mes proches. Je me suis faite aidé.

Physiquement d’abord, je me suis à nouveau reconnectée à mes sensations par le sport (la méthode Lafay mais je vous en reparlerai une prochaine fois en détail promis) mais pas que. Cette méthode a amorcée mon changement. Un précurseur. Elle m’a ouvert à de nombreuses lectures (Morin, Miller, Filiozat, Guegen…) et une introspection profonde. J’ai cru sombrer au fin de fond de meandres sans limites. Aspirée, submergée, ensevelie.

J’ai fait de l’hypnose avec Marjorie Lebon. Un soin bioénergétique avec la magique Sandy Berthaud bref tout un tas de chose qui m’ont permise de sortir la tête de l’eau. De renaître de mes traumatismes d’enfants.

Il y a bientôt 2 ans je suis sortie de cette #dpp. Mais si je n’avais pas réussi ? Alors parlez-en. Vous n’êtes pas seules. @mamanchouke en parle mille fois mieux que moi.

Ne restez pas seule enfermée dans ce vide profond, ce trou noir qui peut tout aspirer. Ne restez pas seule malgré les sourires que vous pouvez afficher en famille. Ne mettez pas tout sur le compte de la fatigue. C’est un petit mal bien commun qui peut tout dévorer.

Et vous, prenez le temps de réellement nous demander comment nous allons. Prenez le temps. Vraiment, sincèrement. Ne riez pas juste de nos cernes et de nos difficultés. Accompagnez-nous. Sur le chemin d’une parentalité douce et respectueuse de chacun d’entre nous. À commencer déjà par nous-même, jeune parent.

Soutenons-nous les uns les autres. Soyons ce village. Soyons unis. Soyons humains.

Publié par lesptitschats

Étiopathe, monitrice de portage, gérante d'un gîte, passionnée d'écriture, lecture, nature, portage et partage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :